• Paroisse Saint-Matthieu - Strasbourg -            Accueil

Prières

Seigneur écoute la prière des peuples ...

Ecoute les peuples des démocraties occidentales qui aspirent à ce que les conflits du monde ne surgissent pas dans leurs pays,

Ecoute les peuples pauvres qui aspirent à ce que leurs croyances, leurs visions du monde ne soient plus méprisées,

Ecoute les peuples des démocraties occidentales qui aspirent à ce que leurs pays respectent le développement des autres pays,

Ecoute les peuples pauvres qui aspirent à ce que l'exploitation de leurs matières premières ne soient plus l'objet d'une foire d'empoigne exécrable qui détruit avec acharnement depuis des siècles leur développement,

Ecoute les peuples des démocraties occidentales qui aspirent à ce que les grands principes qui les régissent soient vraiment respectés par leurs dirigeants, y compris dans leurs décisions de politique étrangère,

Ecoute la prière de chacun qui aspire à vivre dignement, enseigne nous comment respecter nos frères, comment être respectés, comment changer nos comportements qui détruisent la vie des autres parfois très loin de nous à travers des politiques aveugles qui prétendent protèger notre "pouvoir d'achat" et les profits de nos entreprises, nos "emplois".

Ecoute ces prières des peuples dont les tenants et aboutissants nous semblent nous dépasser ... apprends-à chacun à faire ta volonté... à sortir de ces enfermements culturels, économiques et politiques, à nous ouvrir à ton amour qui est le même pour les habitants de Strasbourg en France, pour les habitants de Nyundo au Rwanda, pour les habitants de Washington ou du Mexique, ceux de Misrata ou de Tripoli en Lybie, de Damas en Syrie, de Fukushima et de Tchernobyl, de Chine ou du Groenland, de Guadeloupe ou des iles Canaries, de Maputo ou de Copenhague ... de chaque homme quelle que soit sa culture, dont aucune n'est supérieure à une autre, absolument aucune, et en particulier pas la nôtre.

  Vendredi-Saint 22 avril 2011


Ce qui m'étonne....

Ce qui m'étonne, ce ne sont pas les réactions racistes de ceux qui disent "Les étrangers viennent manger notre pain; qu'ils retournent donc chez eux ! "

CE QUI M'ÉTONNE, C'EST qu'il se trouve des hommes et des femmes pour accueillir ces travailleurs immigrés, les aider dans une démarche, passer du temps dans un groupe d'alphabétisation.

Ce qui m'étonne, ce n'est pas la montée de la violence.
CE QUI M'ÉTONNE, C'EST qu'il se trouve encore des gens pour se tendre la main après un différend, pour ne pas condamner sans chercher les causes profondes de cette violence et agir pour changer les structures d'une société à parfaire.

Ce qui m'étonne, ce ne sont pas les réactions de ceux qui disent: "Condamnons à mort tous les criminels et autres brigands: on assainira la société ! "
CE QUI M'ÉTONNE, C'EST plutôt l'attitude de ce chef d'entreprise qui, consciemment, embauche un sortant de prison, l'attitude de ce groupe qui l'accueille avec lui et l'aide à se faire des relations tissées d'amitié.

Ce qui m'étonne, ce n'est pas l'attitude de ceux qui disent: "La vie est dure. Débrouillons-nous pour avoir une bonne place. Moi, je ne m'occupe pas des autres ! "
CE QUI M'ÉTONNE, C'EST plutôt l'attitude de ceux qui disent:"La vie est difficile : on a besoin les uns des autres. Il faut s'entraider, sinon à quoi bon. On n'est tout de même pas des bêtes ! "

Ce qui m'étonne, ce ne sont pas les querelles des états-majors politiques.
CE QUI M'ÉTONNE, C'EST qu'il y ait encore des hommes et des femmes pour s'intéresser au politique, le croire important parce que le sort des hommes d'aujourd'hui et de demain en dépend pour une grande part.

Ce qui m'étonne, ce n'est pas la baisse de la foi, la montée de l'incroyance
.
CE QUI M'ÉTONNE, C'EST qu'il se trouve encore des gens pour croire que leur vie ne se réduit pas à ce qu'ils en perçoivent, et pour croire qu'ils ne sont pas eux-mêmes leur propre source.

Et je perçois ainsi la présence de quelqu'un qui me dit que l'Amour, dans sa fragilité, est plus fort que la mort et que, malgré les apparences, une résurrection est déjà commencée.

Une fameuse audace.

revue du Prado - n° 75 - Juillet 1978

Je n'ai rien dit...

«Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai rien dit je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait personne pour dire quelque chose&»

Pasteur Martin Niemoller Dachau 1942

2006... ils sont venus chercher les sans-papiers, je n'ai rien dit,
j'ai des papiers français

Comme autrefois pour Cléopas et son compagnon sur la route d'Emmaüs,
ouvre ce soir nos coeurs à l'intelligence des Écritures:
que ta Parole nous aide à Te reconnaître
quand Tu chemines à nos côtés!

Que ta Parole soit, comme dans les psaumes de David,
une lampe sur nos pas, une lumière sur notre route!

Qu'elle brûle en nous, comme jadis en Jérémie,
pour consumer notre péché et révéler ton amour!

Que nous sachions la goûter et la savourer comme Ezéchiel,
et faire de notre prière un temps d'amoureuse écoute!

Avec l'étrangère de l'évangile,
que nous en soyons affamés au point de n'en vouloir pas perdre une miette!

Comme jadis pour Marie de Béthanie,
qu'elle protège aujourd'hui nos vies de la dispersion et de l'insignifiance!

Qu'elle accomplisse en nous
ce qu'elle réalisa jadis pour le serviteur du centurion!

Qu'avec Simon-Pierre nous l'accueillions avec foi et joie
comme Parole de vie éternelle!

Et que, comme Marie,
nous sachions la garder fidèlement en notre coeur
et nous rendre dociles au souffle de ton Esprit!

Amen.